sábado, 18 de abril de 2009

un petit dernier avant la pause...

Bonjour...ou bonsoir, c'est selon...



un peu de poésie kitch pour se quitter pendant un mois...



abrazos desde el Río
video

Voici donc
la vérité sur notre système de transport du tournage.
Le jeune il est très sympa
et il pédale pour la cause du cinéma documentaire...
Bon
il me trouve un peu gringo
je ne sais pas pourquoi...
Mais il a une bonne nouvelle
nous allons faire une pause d'un mois
Vincent part au Venezuela
et moi je reste pour recevoir manon et lila...
Donc pendant un mois il pourrat se reposer...

Nos vemos dentro de un mes
entramos a una pausa merecida
para recargar energias
y volver al ataque...

lunes, 13 de abril de 2009

Adivinanza (où est Charlie?)



Desde el desierto de la Tatacoa...
Un jour de congé...
Hay que saber donde nos escondimos...
Nous nous sommes cachés quelque part...

domingo, 12 de abril de 2009

Vicent et ses amis


Je laisse à Vincent raconter son histoire d'amour passionnel avec le peroquet
Pero Lorenzo
un loro que no siempre es amigo de los que llegan
se volvio su intimo..
En quelques jours Vincent est devenu l'ami inseparable du peroquet de Roque.
Le matin le peroquet disait
"Vincent, tu me manques
reveilles-toi vite..."
et la séparation a été dure...
Il a vraiment besoin de soutien,,,
J'en passe les autres photos où il a joué au pirate avec son compaire...
Il va gerer un zoo par ici peut-être ...

de vuelta....

coucou, voilà un moment que je n'avais pas posté un petit quelque chose...
alors voilà un raccourci de trois semaines de tournage.

Nous sommes arrivés à Popayan un Mardi. Très belle ville au centre historique d'architecture coloniale ou republicana. L'ambiance était plutôt calme et nous avons épanché notre mélancolie dans un petit café pourvu d'une discothèque incroyable... Un tango, un boléro ? demandez un artiste, un morceau, une date , la version acoustique lors d'un concert donné au café du coin...
pas de problème...

une semaine après nous avons constaté que le samedi soir était beaucoup plus animé




Caballos de las papas



Ici, au paramo de las papas, il n'y avait pas de vélo, pas de voiture...deux bus par jour et des chevaux pour porter les sacs de patates...Il faut dire aussi que nous étions à 110 Kilomètres de chemin et quelques autres de route de Popayan. (j'essayerai peut-être de faire un parcours googlearth si vous êtes gentils)

Nico vous a déjà montré d'autres photos.


La semaine suivante nous étions Au bord du rio Cauca.

Aprovecho del momento para agradecer a Gabriel, Yorlady y Mauricio por los buenos momentos pasados con ellos y todos...

C'était Marrant de passer une soirée à l'alliance française... et ce qui m'a bien amusé c'est les sonneries pour les cours. Une vraie tranche de France au milieu de la Colombie !

Sinon il y'avait aussi une fête de rue dans un quartier d'artistes à Pereira...une sorte de fête Jean Volders mélangée au parcours d'artistes qu'ils font tous les mois...Une ville vraiment très agréable...

d'ailleurs Nico à fait sa star, la veille de la conférence de l'alliance française il est passé sur la chaîne locale (CNN Pereira)




Enfin, après une bonne semaine de travail, un jour de repos nous permis d'aller faire une petite sieste au bord d'une rivière très agréable, el Otún. Et une chose incroyable est arrivée... Le Mohan avait sans doute pris quelques jours de vacances lui aussi...







Je rattrappe enfin mon retard... nous voici la semaine dernière

Nous étions dans le resguardo indígena Pijao de Tinajas.

une semaine de vie dans cette communautés très accueillante. Chez Roque, Médico Ancestral Pijao, nous étions un peu comme chez Doña Carmen.
l'arrivée fut très chaleureuse aussi pour la bonne heure passée sous le soleil de midi dans la remorque qui ramenait tout le monde du marché

Une semaine loin de tout, l'eau et l'électricité étaient coupées depuis plusieurs mois, un groupe électrogène rassemblait tout le monde à 6 heures tous les soirs, pour regarder un bout d'actualités à la télé et recharger les télephones...

Je crois d'ailleurs que Nico, depuis, pense à sa reconversion en Taita Pijao, il s'est mis à la culture de bananes...


et j'ai dû terminer la semaine avec une équipe locale...



Abrazos desde Villavieja...

Despues de la visita a Roque medico tradicional pijao

Hola desde Villavieja,
llegamos hoy despues de una intensa semana en el resguardo Tinajas
con Roque el médico tradicional...

C'était une semaine intense,
capitale pour le film,
nous avons été tout le temps avec Roque
un chaman pijao
de regard perÇant
et une generosité sans paire...
Il a saisi le projet très vite
et nous avons parcouru avec lui
le Magdalena
et ses petits rivières...

Siempre con la ayuda del gobernador actual del resguardo
Alfonso Capera, un luchador de vieja data de la causa indigena
y de la comunidad
siempre pendiente de nosotros...
Un lugar paradisiaco...

Ils n'ont plus d'eau ni d'éléctricité depuis six mois...
Filmer la nuit, impossible,
à part lorsqu'ils décident de faire un feu pour le film
et d'eteindre le petit groupe qui genere l'éléctricité pour quelques heures,
Dans une chaleur que le feu doublait,
Roque a méné une conversation sur le Mohan
et les temps d'avant...

Nous avons commencé la semaine par l'enregistrement de sa voix...

Para tener su testimonio en el sonido unicamente
comenzamos buscando un lugar que fuese lo suficientemente silencioso...

Vincent cherchait
et nous, on le suivait
avec des chaises pour s'assoir
et parler longtemps confortablement...
Finalement nous avons trouvé...
Heureusement.


Y como a mi me gusta filmar con el tripode,
la nueva cámara
es demasiado pesada para hacerlo de otra forma...
gané mucha experiencia
siguiendo a Roque y preparandome para filmarlo tan pronto como podia...
Bueno, Roque esperaba a que estuviera listo para continuar su marcha...

Le pied, j'y tiens...


Une belle photo avec une partie de la communauté
la première fois qu'on a organisé une bouffe pour tout le monde
dans l'école,
la communauté a raconté comment ils sont resisté pendant trois ans
aux paramilitaires...

Las cosas que se quedaron por fuera de la pelicula
son muy fuertes
y la semana que pasamos en el resguardo
fue muy bonita...
Las largas noches sin luz
meciendonos en la hamaca
escuchando a Roque
contar la historia de resistencia de su comunidad
atravezando las embestidas
de terratenientes, pajaros a sueldo, policia,
militares, guerrilla y paramilitares...
y ellos ahi, en el medio de todo...
Mucha energia...

Aqui una foto de despedida
hecha bastante rapido porque Roque
tenia que irse a recoger los veinticinco racimos de platano que corto y puso ahi solito...


Pendant qu'on le filmait en train de couper les bananes
dans la plantation
j'ai arrêté
pour voir si je pouvais prendre avec autant d'aissance et de facilité
une seule cargaison de bananes...
A peine j'ai pu tenir quelques secondes...
Et Roque faisait Ça avec sa machette
comme un pirate
(et Ça nous a fait penser à Rudercindo, le deuxième mari de Carmen
lorsqu'il allait prendre les grain de café dans "en lo escondido").
Beau moment
peut-être le seul où je sens que le format 16/9 sert à quelque chose...



A proposito de tecnica, camara, formato, etc...
Una adivinanza (une devinnette)
Qu'est-ce qu'il y a dans cete bôìte ? (¿ que contiene esa cajita negra ?)


Et bien
le film...
La pelicula...
en un disco duro que llevamos para todos lados...


Etrange
de garder un film comme ca
et pour qu'il ne se perd pas
on a les rushes
dans un disque rugged de 500 G
et puis une copie dans un deuxième de 1,5 To
et puis une autre copie dans un autre qu'on n'amene pas avec nous...
Au cas où on se le fait voler...
Plein de copies
pour eviter que Ça se perd...
Ça fait un peu peur
de ne plus avoir des cassettes...

Ce qui me gave le plus
ce que le format HD soit en 16/9,
je trouve ce cadre trop long
il y a toujours de bavures dans l'image
c'est un peu un cadre eventré
peut-être bon pour travailler en photoshop
avec les outils à côté de l'image
mais je ne le trouve pas du tout précis
ni bon pour être proche des gens...
Ils sont toujours perdus dans un paysage
ou trop proches, coupés...
Essayez de faire un plan pied...


Qui a imposé ce format ?

Je veux bien faire partie d'une association pour le travail en 4/3 en HD
format auquel je tiens.
J'ai décidé de tourner en 16/9 pour ne pas être trop dogmatique...
je ne suis pas sûr de le faire à nouveau...



Mucho texto en francés esta vez
me quejo del formato de mi camara
que siempre se dice bueno para la nueva definicion
bueno para filmar paisajes
el 16/9 se me hace bueno para dar la impresion de paisaje
largo
pero sin precision
sin mostrar algo en particular del paisaje
como si uno le mostrara algo a alguien en el horizonte
y dijese "mire"...
Y en tanto larguero
no hay el espacio justo para los personajes
muy pequeños
o en planos demasiado cortos...
Tenemos que luchar para que en el futuro imperioso de la High definition
podamos trabajar en 4/3...

Bueno,
los dejo por ahora con esa historia
y me queda una foto mas por mostrar...
Ya vuelvo.

Alguien ha visto a Toto ?

sábado, 4 de abril de 2009

Toto nos dejó, antes de irse,
una serie de dibujos...
Le jeu est de savoir qui est qui...






Je trouve qu'il y a des enormes ressemblences...
bon
il manque mon côté homme sportif
mes muscles de nageur...
mais presque tout est là...
Y aprovecho para mandarle una nota a Toto
que debe de leerse esto de vez en cuando
desde que nos abandono en pleno desierto de la Tatacoa
para ver cuando escribe alguito...
Voici des images plutôt drôles....
Gabriel y Diana, la presentadora,
en el set de televisión...
Echamos labia durante una hora...
y las maquinas resistieron...

Et comme nous sommes aujourd'hui en congé
et bien
j'ai profité pour voler una photo à Vincent
à l'Alliance FranÇaise de Pereira...
Tout content parce qu'il était enfin chez lui...
Il l'ont proposé de rester pour donner de cours en franÇais
mais quand ils sont su que depuis un mois de parler l'espagnol
il commencait à oublier sa langue maternelle
ils lui ont dit qu'il valait mieux qu'il continue sur le tournage
(d'ailleurs je tiens à preciser que je corrige
sans cèse ses textes sur ce blog...)


Y finalmente la foto más chistosa
nos encontramos con nuestro infaltable amigo
que pasaba por casualidad a Pereira
parece que Hergé no se a muerto
y está escribiendo "Tintin chez les picaros II"
con mucha más mostaza y caricatura
en esta tierra de chontaduro maduro
que sigue vendiendo el negrito Arturo

En orden de aparición
Bolín, el muñeco de nieve
Milou, el perrito fiel
Tintin, el novio del capitan Hadock
Yorlady, la llaveria de Gabriel que trabaja tambien en el proyecto de Magdalenas por el Cauca
Michael Jordan,
Mac Guiver,
Y Gabriel Posada...
en una gran noche pereirana...
Gran Ciudad
muy lindo ambiente
y muy buena acogida
un gran saludo...
Nos vemos la semana entrante...







viernes, 3 de abril de 2009

Nous avons finit de tourner
à Cartago y Pereira
l'oeuvre de Gabriel Posada...
Una propuesta muy fuerte
que se abre camino
en medio de la comunidad
y permite hablar de lo que esta pasando...
El trabajo de Gabriel
esta muy basado en los ribereños
que le ayudan y lo apoyan
y refuerzan el sentido de su propuesta...
Dejar navegar por el rio
los rostros de mujeres en duelo
para que los demas que las vean
puedan acordarse el tiempo de reflexionar y hablar del tema...
para hacer memoria y sanar nuestras consciencias...
J'étais très heureux
de faire sa connaissance
et de l'inclure dans le projet de mon film,
nos travaux ont pas mal de points en commun...
Voici donc l'oeuvre qu'il a fait pour nous...
et qu'il a laissé glisser dans le courant
le lundi passé
avec l'aide de deux jeunes
qui la conduisaient
Johnanatan y Diego...
C'était une très grande experience
mais aussi dure...

Esta es la obra pasando por debajo del puente...
Cuando estabamos en el puente Ana Caro de Cartago
esperando a que llegara para filmarla
vimos a lo lejos como un costal muy blanco
repleto de chulos...
Alors j'ai dis à Vincent
"tiens on va filmer ca
Ça peut être assez suggestif..."
Et on s'est installé...
Quand j'ai commencé à filmer
il y avait quatre oiseaux charognards (chulos)
sur ce sac
et le courant du fleuve l'a fait bouger...
J'ai pu voir la tête d'un homme...

Y no pude seguir viendo la imagen...
porque ya no era una imagen
ni una sugestion
era un cadaver
como nunca habia visto uno
y no quiero ver otro
que pasaba debajo de nosotros...
No supe que hacer
y quedamos pasmados por largo tiempo...
A un moment un jeune qui conduisait le bateau
sur lequel on allait monter
m'a dit
que je pouvais telephoner à la police
pour voir
mais qu'il ne fallait pas essayer de le prendre
sinon je devrais payer l'enterrement...
Il était déjà loin...
Entonces llame a la policia
me respondieron en Cali
me preguntaron que donde lo habia visto
les dije
y me dijeron muchas gracias
no mas...
Creo que el muerto continuo por el cause
y durante todo el dia
siguiendo la balsa
teniamos un poco de tension
esperando encontrarnoslo...
Toute la journée de tournage
on a attendu
avec le mal au ventre
de revoir ce corps
pendant qu'on filmait l'oeuvre de Gabriel...



Voici pour changer les idées
une belle photo
pour rassurer ceux qui pensent que Vincent
est resté quelque part dans le voyage
entre le rhum et les danseuses...
No, Vincent sigue con nosotros
y no solamente hace el sonido
sino que dirige e impone silencios...
para que el rio y la naturaleza puedan hablar...
En tout cas c'est grâce aux photos de Gabriel
qu'on peut avoir
ce temoignage de travail...



Nous voici
en train de filmer l'oeuvre de Gabriel
au cimentière de Pereira
dans les tombes de NN (morts non identifiés)...
Gabriel hizo esta instalacion el día de las madres
y volvió a hacerla para nosotros...
De pronto quiere dejar el cuadro de manera permanente
para darle sentido
a este lugar sin dueño del cementerio de Pereira...





El nuevo Lucho Herrera
subiendo por la via del tranvía
C'est un système inventé sur les ancienness voies du train
pour longer le fleuve Cauca
plus rapidement vers quelques villages,
quoi que les conducteurs
previennent avant
"si jamais un train arrive
il faut se jeter au plus vite"
mais nous on ne le savait pas...
ca arrive très rarement...
Bueno,
esta bien
di dos pedalazos para la foto
y me baje sudando...
Prefiero seguir haciendo la pelicula
que llevar en esas tablas a tres personas
una camara
un tripode
etc....
Cette note mélange tout,
le comique au drame
bienvenus en Colombie
ou comment vivre parmi tout ca...
Y quedan aun otras cosas por contar
antes de que lleguemos este domingo
al resguardo de Natagaima
a rodar toda una semana
con un Taita Pijao...